Aller au contenu principal
  1. Engie Pro
  2. Actualités
  3. Energie Mag - L'esprit d'entreprendre
  4. Votre business
  5. Bien intégrer les collaborateurs en situation de handicap

Bien intégrer les collaborateurs en situation de handicap

Accueillir un collaborateur en situation de handicap est une étape primordiale du processus d’intégration : celle-ci se prépare, s’anticipe et nécessite un accompagnement ciblé et approfondi. Quelques points à retenir.

Comment être conseillé.e pour bien intégrer un collaborateur en situation de handicap ?

Cap Emploi est la structure de référence pour accompagner les TPE dans l’accueil d’un collaborateur en situation de handicap. Le conseiller Cap Emploi propose une aide pour mener à bien un projet d’intégration, en prenant en compte les aménagements éventuels à réaliser. Il peut faire appel à des prestataires, comme un ergonome par exemple, pour les aménagements de poste.

 

Des aides sont aussi disponibles pour aider à l’embauche d’un collaborateur en situation de handicap :

  • www.agefiph.fr : En choisissant l'accès rapide «personnes handicapées» ou «employeurs», vous accéderez à la totalité des aides mises en place par l'Agefiph. L'Agefiph est le fonds auquel doivent contribuer les employeurs privés s'ils n'ont pas leur quota de 6 % de travailleurs handicapés. Ces fonds sont réutilisés sous différentes formes : financement des Cap emploi et des Sameth, participation aux aménagements de postes, aides forfaitaires à l'embauche, financement de formation etc.
  • www.fiphfp.fr : Le Fiphfp est l'équivalent de l'Agefiph pour les employeurs publics. Les aides du Fiphfp peuvent être sollicitées par les employeurs publics mais pas par les personnes elles-mêmes, qui doivent donc passer par leurs employeurs. De nombreuses aides peuvent être sollicitées via le Fiphfp : des adaptations de postes de travail, des rémunérations versées aux agents chargés d'accompagner une personne handicapée, des aides consacrées à l'amélioration des conditions de vie...
  • www.pole-emploi.fr : Le site de Pôle emploi est généraliste, il recense les aides à l'embauche de droit commun, par exemple le contrat unique d'insertion, l'action de formation préalable au recrutement, le contrat d'apprentissage...

Quels sont les freins détectés et comment les contrer ?

Pour Bernard Cohen-Hadad, président de la CPME Paris Île-de-France, partenaire du salon de recrutement Hello handicap PME, le frein majeur est la méconnaissance du problème du handicap : « Beaucoup de nos entrepreneurs ne connaissent pas les dispositifs et des solutions d'accompagnement. On parle souvent des problèmes d'accessibilité dans les locaux, mais on communique peu, par exemple, sur les troubles psychiques et on reste sur des schémas anciens. Il faut que l'on arrive à sortir des fausses "bonnes intentions". »

Pour lever ces freins, la pédagogie est essentielle : « Nous faisons de la pédagogie, des ateliers, des diagnostics et favorisons les échanges entre entrepreneurs et associations dont c'est le métier d'accompagner les personnes handicapées dans la recherche d'un emploi. Nous faisons en moyenne 1 000 diagnostics "handicap" par an et proposons 800 emplois. Nous organisons 50 évènements de job dating, en partenariat avec Cap emploi et les ESAT** notamment, des Duo-day (un travailleur handicapé à la rencontre du milieu ordinaire le temps d'une journée), nous allons dans les écoles parler de nos métiers et expliquer comment les jeunes en situation de handicap peuvent intégrer une entreprise. »

La sensibilisation des équipes, un gage de succès.

Même si l’arrivée du collaborateur en situation de handicap a été préparée en amont et les adaptations nécessaires réalisées, engager les collaborateurs est primordial pour assurer un bon accueil. Il ne faut pas hésiter à les associer aux aménagements et aux réorganisations nécessaires. Pour ce faire, il est intéressant d’organiser des ateliers de discussion informels ou chacun peut s’exprimer et apporter de nouvelles idées.

Comment préparer l’arrivée d’un collaborateur en situation de handicap

L’arrivée d’un collaborateur en situation de handicap dans une TPE peut amener, en fonction des conséquences du handicap sur le poste de travail, à envisager différents modes de fonctionnement pour permettre au nouveau collaborateur de travailler dans les meilleures conditions :

  • Des aménagements de poste de travail : par des moyens de compensation techniques comme des fauteuils ergonomiques, de l’outillage ou un véhicule adapté, du matériel informatique spécifique, etc.
  • Une aide humaine : dans certains cas, l’intervention d’un tuteur au sein de la TPE peut permettre de compenser le handicap. Par exemple, un traducteur en langue des signes pour une personne sourde.
  • Des aménagements organisationnels : une tâche ne pouvant être réalisée par le collaborateur peut être confiée à un collègue du même atelier ou du même service dans le cadre d’une réorganisation des tâches.
  • Une formation professionnelle : permet d’ajuster les compétences du collaborateur aux exigences du poste de travail.

FOCUS sur l’entreprise et le handicap en France*

514 000 personnes en situation de handicap sont inscrites à Pôle emploi aujourd’hui. Pour 63 % des dirigeants français, l'embauche d'un collaborateur en situation de handicap reste difficile. Cette part tombe à 54 % chez les chefs d'entreprise de plus de 20 salariés, soit une baisse de 14 points en dix ans. Les patrons de PME sont 38 % à juger qu'embaucher un collaborateur en situation de handicap représente une opportunité de s'ouvrir à de nouveaux profils. De même, ils ne sont que 7 % à estimer qu'un collaborateur en situation de handicap représente une charge supplémentaire dans l'organisation de l'entreprise, contre 27 % de tous les patrons sondés. Quant au fait que cela représenterait une contrainte budgétaire, c'est l'avis de seulement 13 % des dirigeants.

SOURCES