Aller au contenu principal

Les TPE seraient-elles frileuses sur le numérique ?

Qui l’eut cru ? À une époque où le digital est partout, les TPE ont recours à des moyens plus traditionnels pour recruter, et ce choix est loin d’être anodin. Explications. 

TPE-recrutent

D’après une étude récente de Pôle Emploi, les TPE préféreraient en effet le contact direct plutôt que des annonces passées sur des sites spécialisés ou les réseaux sociaux. La raison est simple : si 67 % des TPE ont un site Internet, seules 4 % d’entre elles possèdent un logiciel de recrutement et 11 % ne traitent pas les candidatures de manière informatisée.

Privilégier l'humain pour recruter efficacement

Les chefs d’entreprise de TPE avancent une autre raison : quand on fait un métier de contact comme serrurier ou encore boulanger, difficile de ne pas privilégier l’humain et la proximité dans le processus de recrutement. Beaucoup préfèrent donc passer par le bouche à oreille ou faire confiance aux recommandations de leurs proches sur un profil.  Ainsi, l'entretien physique (pour 97% d’entre eux) et par téléphone (pour 23% d’entre eux) sont les plus pratiqués par les entreprises pour sélectionner les candidats.
 

Et ça fonctionne toujours aussi bien qu’avant ! À l’image de Gaëtan, 25 ans, pâtissier : « Je cherchais un emploi et en discutant avec des amis, j’ai appris qu’une des boulangeries de ma commune cherchait un pâtissier. Une affiche avait été accrochée sur la devanture et un ami et client de la boulangerie a proposé de me présenter. Le feeling est passé et ça dure depuis deux ans ! Je ne suis pas certain que cela aurait été aussi vite par Internet, uniquement en envoyant une lettre et mon CV. C’est d’avoir rencontré mon patron qui a tout changé. »

Les autres moyens et supports utilisés

Les candidatures spontanées, souvent données en main propre par le demandeur, ont aussi la part belle. En effet, parmi les candidatures transmises en format papier, 79% le sont en main propre.

A noter également que près de la moitié des patrons de TPE en reçoit une dizaine par an.

Enfin, l’utilisation des réseaux sociaux arrive seulement en septième position (14 %), avant la diffusion d’emploi sur un site « carrière ».

Un pari finalement gagnant quand on connaît la place prépondérante des TPE dans le paysage entrepreneurial français, et qu’on prend en compte le retour des petits commerçants.

Infographie Pôle Emploi