Aller au contenu principal

Apprentissage : pourquoi, qui sélectionner, comment recruter un apprenti ?

Economique, performant, sécurisant, l’apprentissage semble offrir bon nombre d’avantages. Mais il est difficile de s’y retrouver entre les écoles, les formations et les formalités administratives. En quatre étapes, faisons le point sur ce qu’il faut savoir pour bien choisir un apprenti.
apprentissage

Recruter

Comment conclure un contrat d’apprentissage ? Quelles démarches administratives entreprendre ? Apprentissage ou professionnalisation, quel contrat choisir ?

Recruter un apprenti, c’est plus qu’un simple recrutement. Il y a inévitablement dans cette approche une dimension de transmission du savoir, de formation et d’accompagnement. Le recrutement d’un apprenti se conçoit donc comme un investissement sur le long terme. Ce recrutement donne à l’apprenti un statut de salarié à part entière avec les droits et les obligations qui s’y rapportent (salaire, couverture sociale, congés, retraite, etc.).

Apprentissage et professionnalisation, quelles sont les différences ?

Il ne faut pas confondre les deux types de contrats, qui représentent deux publics différents.

Les apprentis sont en large majorité des jeunes entre 16 et 25 ans, engagés dans des études qui nécessitent une formation professionnelle parallèle. N’importe quelle entreprise peut engager un apprenti.

Le contrat de professionnalisation, quant à lui, concerne les jeunes du même âge, mais aussi les demandeurs d’emplois de 26 ans et plus, inscrits à Pôle Emploi, les bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active) et d’autres allocations.

Dans les deux cas, il s’agit la plupart du temps de Contrats à Durée Déterminée (CDD) aux horaires aménagés (mi-temps, une semaine sur deux, un mois sur deux, un trimestre sur deux, etc.), qui permettent aux employés de suivre une formation en parallèle.

Une fois vos critères établis pour le poste à pourvoir, ne vous limitez pas aux Centre de Formation des Apprentis (CFA). Prenez également le temps de contacter votre chambre consulaire (pour trouver votre chambre consulaire, rien de plus simple cliquez ici), Pôle Emploi et Cap Emploi (pour les travailleurs handicapés).

Dans tous les cas, il vous sera utile de rédiger une fiche de poste claire et concise, dont vous pouvez retrouver des modèles ici, mais ne vous limitez pas à un envoi formel.

Contactez chacun des organismes où des conseillers pourront étudier avec vous vos besoins et vous aider à trouver l’apprenti qui vous correspond le mieux (niveau d’étude, distance entreprise/centre de formation, etc.)

Et pour les démarches administratives, vous trouverez ici, sur le site du Ministère du Travail un guide très complet sur les étapes pour recruter un apprenti. Elles ont été significativement simplifiées et se font en partenariat avec l’organisme de formation de votre futur employé.

Télécharger un guide très complet pour recruter un apprenti.

Former : Qu’est-ce qu’un CFA ? Comment se passe la formation de l’apprenti ?

L’apprenti est un salarié de votre entreprise, où il va poursuivre sa formation pratique.

En complément, il recevra dans un Centre de Formation des Apprentis (CFA) une formation théorique, qui varie entre 400 et 675 heures par année. La formation suppose donc une articulation étroite entre les deux lieux, et vous vous devez d’être en contact avec le centre de formation de votre apprenti.

Malgré les croyances, l’apprentissage ne se réserve pas aux postes manuels, et il peut permettre d’acquérir un diplôme allant du CAP ou du BEP à un Bac+5 ou un diplôme d’ingénieur. La formation en entreprise se passe en général sur 2 à 3 années, et doit permettre au jeune d’acquérir les connaissances pratiques en complément de ses connaissances théoriques.

Encadrer : Quelles missions confier aux apprentis ? Quel est le rôle du maître d’apprentissage ?

L’apprenti est un employé comme les autres. A partir du moment où il intègre votre entreprise, il se doit d’honorer les tâches qui ont été fixées dans son contrat au même type que n’importe quel autre employé. Seulement, il est sous la tutelle immédiate et permanente d’un maître d’apprentissage, qui est le responsable de sa formation dans l’entreprise.

Comment choisir un maître d’apprentissage ?

Son rôle est primordial, il sera le référent de l’apprenti dans le monde du travail. Assurez-vous qu’il ait un poste suffisamment accessible pour que l’apprenti puisse le solliciter régulièrement, aucun intérêt à ce qu’un maître d’apprentissage ne soit pas assez présent.

Ses missions principales sont l’accueil et l’intégration du jeune salarié, l’organisation de son parcours, la transmission de ses compétences, la gestion de la relation entre l’apprenti, son centre de formation et l’entreprise.

Lorsque, comme dans la plupart des petites structures, le « CFA » est une école extérieure et pas un service interne à l’entreprise, le maître d’apprentissage a un rôle primordial. En plus d’être le repère de l’apprenti dans l’entreprise, il se doit de s’assurer que la communication entre la société et le centre de formation est optimale.

Encore quelques doutes ? Retrouvez ici un petit guide pratique du maître d’apprentissage.

Financer : Quelle rémunération pour un apprenti ? Quels sont les avantages financiers accordés aux employeurs ?

La rémunération d’un apprenti dépend de son âge et de l’ancienneté de son contrat. Elle est calculée en pourcentage du SMIC et oscille donc entre 366€ mensuels pour un apprenti de moins de 18 ans en première année de formation et 1143€ mensuels pour un apprenti de plus de 21 ans en troisième année de formation.

En plus de permettre le recrutement de jeunes employés pour un salaire raisonnable, l’apprentissage et le contrat de professionnalisation ouvrent certains avantages financiers qui dépendent de la taille de l’entreprise.

Une entreprise de moins de 11 salariés, qui embauche au moins un apprenti bénéficie d’une exonération totale des cotisations patronales et salariales légales ou conventionnelles, ainsi que d’une Prime à l’Apprentissage de 1000€.

Une entreprise de 11 à 250 salariés, qui embauche au moins un apprenti est exonérée de cotisations patronales de sécurité sociale et de cotisations salariales légales ou conventionnelles. Le détail est accessible ici, sur le site de l’Ursaaf. Dans le cas d’un contrat de professionnalisation, pour l’embauche d’un demandeur d’emploi de plus de 25 ans dans une entreprise de moins de 50 salariés, la Région verse de 250 à 500 euros en fonction de la durée du contrat, 1 000 € si la personne est recrutée en CDI. 

Une entreprise de plus de 250 salariés, qui embauche au moins un apprenti voit son taux de contribution sociale à l’apprentissage (CSA) modulé en fonction de son effort d’embauche sous contrat en alternance.

Enfin depuis 2014, un crédit d’impôt est octroyé aux entreprises de toute taille comptant au moins un apprenti en première année de formation, et à condition que les apprentis préparent un niveau de formation inférieur ou égal au niveau III (Bac+2 ans d'études).