Aller au contenu principal

De salarié à patron : créer son entreprise

Créer son entreprise, devenir son propre patron : c’est l’ambition de bon nombre de salariés qui décident de se reconvertir. Si c’est indéniablement un choix ambitieux, dont l’essentiel est de bien s’organiser, d’anticiper les différentes étapes.
esthetique-entreprise

Prendre son temps : vous n’êtes pas seuls

Avant de vous lancer définitivement dans ce projet de longue haleine, vous devrez prendre en compte l'ensemble des détails pratiques qui jalonneront votre parcours. Il faut s'organiser et surtout, ne pas oublier de se poser les questions essentielles pour évaluer au mieux votre prise de risques.

Impliquez vos proches, vos amis dans l’aventure. Parlez de votre projet, écoutez leurs remarques et leurs critiques., C’est en confrontant vos idées aux avis de votre entourage que vous affinerez votre projet et que vous mesurerez sa faisabilité.

Par ailleurs, dès le début de votre démarche, vous pouvez faire appel à des professionnels, partenaires qui vous accompagneront dans la création de votre entreprise. C’est le bon moment pour nouer des contacts avec des conseillers qui deviendront des interlocuteurs privilégiés au fur-et- à-mesure de la concrétisation de votre projet:

  • L’APCE (Agence Pour la Création d’Entreprise) informe les futurs créateurs et repreneurs d’entreprise dans toutes les étapes de leur projet. 
  • Chambres de Commerce et d’Industries (CCI).
 Il existe presque 300 points d’accueil « CCI-Entreprendre » en France, un réseau de professionnels au service de la création d’entreprise, qui vous apporteront des conseils et leur expertise dans différents domaines(fiscal, juridique, financier, administratif, commercial...).
  • Chambres des métiers de l’Artisanat (CMA). Le réseau des CMA est au service de l’artisanat (évolution, conseils, accompagnement...), et propose un maillage complet du territoire avec des antennes locales. 
  • Les Conseils régionaux et la DIRECCTE (Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi) peuvent également vous soutenir et vous informer sur les aides et primes à votre disposition. 
  • La Banque Publique d’Investissement (BpiFrance) finance et accompagne des PME dans toutes les phases de leur développement.

Etudiez votre marché et construisez votre business plan

Il s’agit désormais de confronter votre envie de reconversion à la réalité économique de votre futur marché. Les étapes indispensables sont la réalisation d’une étude de marché, même sommaire, et d’un business plan.

Pour retrouver tous les détails de ces étapes ainsi qu’un guide complet sur le lancement de votre entreprise, consultez le Dossier Business : Devenir patron : « De la bonne idée au lancement d’entreprise ».

Voici les étapes essentielles de votre étude de marché :

  • Apprenez à connaître votre marché sur le bout des doigts
    De la finesse de l’analyse du marché découle la stratégie commerciale, ainsi que l’amélioration éventuelle de votre produit : cette étape est donc essentielle.  
  • Définissez votre cible
    Dressez une typologie de votre clientèle : 
sexe, âge, niveau de revenus, zone géographique, culture, etc. 
  • Étudiez votre produit ou service
    Produit ou service de grande consommation, réservé aux professionnels, aux particuliers... Caractéristiques de votre future offre : qualité, gamme, prestations, moyens de livraison,... et prix ! 
  • Analysez la concurrence
    Quelle est implantation géographique de vos concurrents? Leurs produits ou services sont-ils une copie conforme des vôtres ?
  • Évaluez tous les moyens nécessaires
    En hommes (associés, partenaires, salariés), en équipements et matériaux (type, prix, est-ce possible de louer ?) et bien sûr en financement (apport personnel, prêts bancaires, associatifs ou partenariats).
  • Faites des prévisions
    Grâce à toutes les informations recueillies jusque-là, vous pouvez désormais faire des hypothèses sur les premiers mois d’activité. Essayez de prévoir les premiers résultats d’après ce que vous avez appris à ce stade.

    L’étape suivante est la constitution d’un business plan, qui enrichit votre CV et votre lettre de motivation (à retrouver dans la fiche projet  « L’atout personnel de la reconversion : convaincre en travaillant son marketing personnel », d’une simulation économique de votre future entreprise. Ces éléments sont indispensables pour obtenir les financements nécessaires à la concrétisation de votre lancement d’entreprise.

L’étape finale : trouver des financements

Evidemment, vous pourrez vous adresser à votre banque pour obtenir un prêt pour lancer votre activité. Ce n’est pas le seul interlocuteur, d’autres institutions proposent des financements :

  • Les subventions : ces aides directes de l’État (non remboursables) sont peu nombreuses. Renseignez-vous auprès de votre CCI ou de votre CMA. En ce qui concerne les primes régionales et locales, adressez-vous à votre Conseil régional et à votre mairie.
 
  • Les prêts d’honneur (accessibles auprès d’organismes locaux tels que les Plates- Formes d’Initiative Locale ou le réseau Initiative France, qui ne requièrent ni caution ni paiement d’intérêts). 
  • L’ADIE (Association pour le Droit à l’Initiative Économique) accorde des prêts jusqu’à 10 000 € à taux préférentiel pour les demandeurs d’emploi et allocataires du RSA qui présentent un projet viable. 
  • Le Livret d’Epargne Entreprises (LEE) : destiné à financer la création ou la reprise d’entreprise, vous permet de construire une épargne progressive rémunérée.
 Vous pouvez bénéficier ensuite d’un prêt à taux réduit, après étude de la crédibilité
du projet de création ou de reprise. 
  • Pensez également aux organismes de capital-risque.
 Généralement publics ou parapublics (instituts régionaux de participation...), ces organismes prennent des parts dans les entreprises, finançant ainsi une partie de votre projet. 
Renseignez- vous auprès de votre CCI ou 
de votre chambre de métiers et de l’artisanat.