Aller au contenu principal
  1. Engie Pro
  2. Energie Mag L'esprit d'entreprendre
  3. Starts-up et grands groupes sont-ils vraiment antinomiques ?

Starts-up et grands groupes sont-ils vraiment antinomiques ?

Des cultures d’entreprise qui s’opposeraient, des business models qui n’auraient rien à voir, un mode de fonctionnement trop différent… Le rapport entre starts-up et grands groupes est complexe et il est courant de penser que tout les oppose. Pourtant, ces deux structures ont beaucoup à s’apporter pour devenir plus fortes et prendre le cap de l’innovation. Explications.

 

start-up

Des codes différents… mais une collaboration enrichissante

Ce n’est un secret pour personne, les starts-up et les grands groupes possèdent des codes et un fonctionnement différents. Cela tient d’abord à la taille de la structure : difficile de comparer une start-up format TPE à un groupe de plusieurs milliers de salariés. La gestion des équipes, des projets et tout simplement du quotidien ne s’effectue pas de la même manière.

Et pourtant, ces deux types de structures ont beaucoup à gagner à collaborer. En effet, les success stories des grands groupes inspirent souvent les starts-up. Et les grands groupes, recherchent  la créativité et l’agilité des petites structures.  

Travailler avec des starts-up leur permet d’optimiser leur manière d’innover, en faisant confiance à des experts. Pour les starts-up, c’est l’occasion de bénéficier de la légitimité et du savoir-faire d’un grand groupe pour aller plus loin dans le développement de leurs idées.

Enfin, dans une ère d’uberisation et de transformation digitale pour les grands groupes, ceux-ci ont en effet tout intérêt à observer les starts-up et à s’adapter à cette nouvelle forme d’économie pour en puiser une richesse nouvelle.

Une opportunité à saisir des deux côtés pour réussir

La pépinière d’entreprise Le Village by CA et le cabinet de conseils Bluenove ont récemment présenté le baromètre 2017 de la relation starts-up / grands groupes. Il en ressort notamment que 54 % des starts-up jugent la relation avec les grands groupes déséquilibrée. Autrement dit, pour les starts-up, les grands groupes sont trop dominants et la relation peine parfois à trouver un juste équilibre. Alors que 85 % des grands groupes la décrivent au contraire comme équilibrée. “Beaucoup de grands groupes sont encore en phase d’exploration dans leurs relations avec les start-up” constate Fabrice Marsella, maire du Village by CA Paris.

Et pour autant, starts-up et grands groupes tendent à s’apprivoiser pour travailler main dans la main. Une vraie volonté de certains groupes qui ouvrent leurs compétences et leurs investissements au service des starts-up. “Ce baromètre montre qu’il y a un vrai savoir-faire à développer par les grands groupes pour générer une relation de confiance avec leurs partenaires innovants. Il faudra qu’ils travaillent autant la bonne posture managériale, les bons réflexes relationnels et la bonne culture dans une vision de développer un véritable open leadership”, confirme Martin Duval, président fondateur de Bluenove. Ainsi naissent des collaborations riches et fructueuses pour les groupes et les starts-up.

L’open et la co-innovation : la clef de la réussite !

Travailler ensemble”. Plus qu’un leitmotiv, une opportunité de succès pour les starts-up et les grands groupes. Et la collaboration en est la clé. Comme le dit un célèbre adage, “à plusieurs, on est plus fort”.

Co-innover leur permet de créer du business en étant plus rapides, plus agiles et demande à chacune des parties la mise en place de process communs. Selon Manuel Gruson, de Dassault Systèmes, cela se résume en une phrase : “une vision et une culture commune, il faut vibrer ensemble”.

Chez ENGIE, un pari réussi !

Nous sommes convaincus depuis longtemps que les starts-up et les groupes  s’enrichissent mutuellement. C’est pourquoi, depuis plusieurs années, nous collaborons avec plusieurs starts-up pour innover ensemble et réfléchir à un monde plus vert.

Parmi elles :

  • Heliatek, une start-up allemande qui développe depuis 2011 une technologie très innovante pour produire de l'énergie solaire. En absorbant la lumière, les semi-conducteurs organiques contenus dans des films produisent de l’électricité. Pour utiliser ces films solaires, plusieurs pistes sont possibles : soit en les insérant dans les façades en verre ou en aluminium de bâtiments (des grands magasins par exemple) ou de baies vitrées d’immeuble ; soit dans les vitres des toits de voiture, où l’électricité produite permet la ventilation à l’intérieur de l’habitacle.
  • Connit, une start-up créée en 2012 et spécialisée dans les solutions de supervision intégrant des objets connectés. Elle  propose aux entreprises et aux collectivités d'augmenter leur productivité et leur efficacité grâce à l'internet des objets.. En effet pour ses clients, cette start-up supervise les réseaux de distribution d’eau, d’électricité ou de gaz, contrôle à distance le bon fonctionnement d’une machine ou surveille les paramètres de confort d’un bâtiment.

Et vous, TPE et starts-up, avec quels grands groupes pourriez-vous collaborer ?