Aller au contenu principal

Qui sont les 1,1 million de micro-entrepreneurs français ?

Depuis les années 1970, avec l’apparition des grands groupes et l’essor de la grande distribution, le nombre de travailleurs indépendants en France avait été divisé par deux. Mais depuis 2009 le phénomène s’inverse avec l’apparition du statut d’auto-entrepreneur (devenu cette année micro-entrepreneur, dans un souci d’harmonisation). Ce statut a bouleversé la vision entrepreneuriale française et engendré 1,1 million de micro entrepreneurs. Panorama de cette nouvelle génération de créateurs d’entreprise.  

micro-entrepreneurs

Le pari n’était pas gagné d’avance mais force est de constater que le statut de micro-entrepreneur est un vrai succès depuis sa création.

Selon le Haut Conseil pour le Financement de la Protection Sociale (HCFi-PS), leur poids économique reste limité (environ 3.500 euros par trimestre en moyenne), notamment à cause du chiffre d’affaires plafonné. Ainsi, de plus en plus de Français et de Françaises optent pour ce statut à la fois flexible et sécurisant.

Qu’est-ce-que la micro-entreprise ?

Le régime micro-entrepreneur a été créé pour simplifier la vie des créateurs en solo et des créateurs ayant une autre activité, selon 3 idées :

  • simplifier le calcul des cotisations sociales et des impôts en le fixant à un pourcentage du chiffre d'affaires ;
  • réclamer le paiement de cotisations sociales uniquement s'il y a chiffre d'affaires ;
  • créer une nouvelle période de paiement de ces cotisations sociales, en quasi simultanéité du chiffre d'affaires obtenu.

Résultat : plus de problèmes de trésorerie, vous payez fin février vos charges du mois de janvier, vous payez fin mars vos charges du mois de février, etc. (ou par trimestre si vous préférez).

Pourquoi le régime de la micro-entreprise est-il séduisant ?

Il n’est pas toujours aisé de se lancer dans la création d’entreprise. Mais avec ce régime, les artisans, commerçants et professions libérales peuvent tester leur projet, tout en conservant une activité salariée, et ensuite choisir d’évoluer en société… ou pas.

L’aménagement des cotisations sociales et notamment le fait de ne pas en payer si votre chiffre d’affaires est nul permet de ne pas prendre trop de risques. Pour Sébastien, micro-entrepreneur depuis 2014, ça a fonctionné : “Le statut de micro-entrepreneur me permettait de tester mon idée. Je viens de dépasser le fameux seuil des 32.900 euros. Je vais en parler avec un expert-comptable et changer de statut juridique.

Qui sont les micro-entrepreneurs en 2017 ?

Leur profil est légèrement différent des autres indépendants : plus féminisé (40 % de femmes contre 32 % pour les autres non-salariés) et plus jeune aussi (38 ans contre 46 ans). Ils sont très présents dans le commerce de détail par correspondance ou par Internet, ainsi que dans les secteurs de la photographie, de la communication, du design et de la traduction.

Des activités qui permettent de se passer de locaux dédiés et de travailler chez soi.

60 % d’entre eux sont économiquement actifs : ils génèrent un chiffre d’affaires régulier qui leur permet de vivre de leur activité ou de disposer d’un revenu complémentaire.

Natacha, consultante en communication, est micro-entrepreneure depuis 2011 : “Ce statut est inespéré. À l’époque où j’étais au chômage et où je ne trouvais pas d’emploi, il m’a permis de me lancer sans être accablée par les charges et de démarrer tranquillement mon activité de conseil. Aujourd’hui, je ne souhaite pas passer en société car le régime de la micro-entreprise représente un grand confort pour moi.

Vers une évolution du régime ?

Depuis quelques mois, il est question de faire évoluer le statut du micro-entrepreneur pour plus de flexibilité. L’objectif est double : encourager les futurs créateurs d’entreprise à se lancer et simplifier un processus administratif parfois compliqué.

Voici les mesures qui pourraient voir le jour :

  • Suppression du RSI pour le remplacer par le régime général pour tous
  • Doublement des plafonds de la micro-entreprise (33.100x2 = 66.200 € pour une activité de service et 82.800x2 = 165.600€ pour une activité commerciale)
  • Mise en place de l’assurance chômage

Et vous, quelle est votre expérience de la micro-entreprise ?

 

Sources

Insee.fr - Nombre de créations d'entreprise, Micro-entrepreneurs, Construction - France, Données mensuelles brutes

Business.lesechos.fr - 1,1 million d'auto-entrepreneurs en France !

Lesechos.fr - Le nouveau portrait robot du travailleur indépendant

Cci.fr - Les principes du régime micro-entrepreneur

Lesechos.fr - « Autoentrepreneur, j'ai réussi à développer mon business »