Artisans, valorisez votre démarche écoresponsable !

Pour un artisan qui doit jongler avec son activité et les aléas du quotidien, il n’est pas toujours simple de s’inscrire dans une démarche écoresponsable. Comment valoriser sa démarche et son engagement ?

Avoir une démarche écoresponsable : premières pistes

Préservation des ressources, économies d’énergie, tri des déchets, produits écocertifiés… Pour s’engager dans une démarche plus responsable, il existe des gestes simples et essentiels :

  • Opter pour des équipements économes en énergie
  • Proposer des sacs en papier ou en tissu
  • Choisir de vendre ses produits en vrac afin de limiter sa consommation de ressources (eau, énergie, matières)
  • Préférer les circuits courts pour ses matières premières
  • Travailler avec des fournisseurs écoresponsables

Des experts peuvent accompagner dans leur démarche les artisans qui le souhaitent. Pour en savoir plus, des informations sont disponibles sur les sites https://commerce-ecoresponsable.cci.nc/ et www.ecoresponsabilite.ademe.fr.

Un engagement écoresponsable à valoriser

Les écolabels garantissent un niveau d’exigence élevé en termes de limitation des impacts des produits et services sur l’environnement et la santé, tout en maintenant le niveau de performance. En fonction des métiers, les critères varient, mais l’exigence de fond demeure la même : générer une production de qualité dont l’impact sur l’environnement est réduit.

Le label “Éco-défis des commerçants et artisans” valorise par exemple les entreprises du Val-de-Marne qui mettent en place des actions concrètes en faveur de l’environnement. Pour l’obtenir, elles doivent relever au moins trois défis (relatifs à l’énergie, aux déchets, à la gestion de l’eau, etc.) et bénéficient, pour les y aider, d’un accompagnement gratuit et personnalisé dispensé par les chambres consulaires. Les artisans labellisés peuvent ainsi communiquer sur leur exemplarité auprès de leurs clients.

D’autres labels existent, à l’instar de “Répar’Acteurs”. Tout artisan de la réparation intéressé peut l’obtenir en signant une charte avec sa Chambre des Métiers et de l’Artisanat, dans laquelle il s’engage à faire la promotion de la réparation et à avoir une gestion environnementale minimisant les impacts de son activité. En contrepartie, il bénéficie gratuitement d’outils de communication et est référencé sur un annuaire Web dédié.

Les fleuristes bénéficient aussi de "Fleuriste éco-responsable”, leur propre écolabel. Ce label a pour objectif de valoriser les bonnes pratiques des artisans fleuristes dans plusieurs  domaines, dont la consommation d'énergie et d'eau, la gestion des déchets et la responsabilité sociétale de la boutique.

Autre exemple en Côte d’Or :  avec l’appui du service Environnement de la Communauté de communes de Gevrey-Chambertin et de Nuits-Saint-Georges, 31 artisans et commerçants du territoire se sont engagés ensemble dans une démarche écoresponsable. Tri des déchets, utilisation de produits d’entretien naturels, dons d’objets, troc, etc. Cette action leur permet d’approfondir et de soutenir leur engagement, mais aussi de le rendre visible auprès des clients. En effet, huit d’entre eux ont reçu le macaron “Artisans-Commerçants Eco-Responsables”.

Ces artisans qui mettent l’écoresponsabilité au cœur de leur activité

En décembre 2012, Sophie Le Corre ouvre sa boutique de fleurs, Pompon, à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Elle est labellisée éco-responsable. "On est venu me démarcher parce que je correspondais dans les grandes lignes à la charte. J’ai affiné par la suite en fonction, et des conseillers m’ont orientée sur certains choix.", Sophie est aujourd’hui très attentive aux labels des fleurs d’import, "qui garantissent notamment que les gens qui travaillent à l’étranger sont formés". Elle ambitionne aussi de se diriger vers le bio : "c’est un véritable désir. Nous allons développer des partenariats avec des producteurs bio."

Marc Tardieu a quant à lui repris la menuiserie de son père, fondée en 1958. Située à Plan d’Orgon (Bouches-du-Rhône), l’entreprise se spécialise dans la fabrication d’aménagements extérieurs et intérieurs (fenêtres, escaliers, cuisines…). Elle intègre les enjeux environnementaux depuis longtemps. "Toute notre production est basée sur des bois certifiés, dont nous pouvons garantir la traçabilité", explique le maître artisan. Les chutes et copeaux de bois aspirés dans l’atelier sont passés à la presse à briquettes afin de servir de combustible à la chaudière de l’entreprise. "Nous sommes autosuffisants pour toute la saison de chauffe, en période hivernale." Les déchets non recyclables sont triés.

Du côté de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), ce sont 40 artisans qui ont relevé cet été le défi de l’écoresponsabilité dans plusieurs domaines : performance énergétique, transports, achats locaux, limitation des suremballages, des déchets, mise en conformité, emploi d'écoproduits… Inscrits aux éco-défis lancés par la chambre de métiers en partenariat avec l'Agglomération du grand Villeneuvois, ils ont pour objectif de mettre en place des actions concrètes en faveur de l'environnement avec à la clef, l’obtention d’un label “Eco-défis”.