Aller au contenu principal
  1. Engie Pro
  2. Actualités
  3. Energie Mag - L'esprit d'entreprendre
  4. Innovations énergétiques
  5. Le Mexique, producteur d'énergie à partir du figuier de Barbarie

Le Mexique, producteur d'énergie à partir du figuier de Barbarie

Produire de l’énergie à partir d’une plante, vous trouvez ça incroyable ? C’est sans compter l’étonnante initiative du marché de Milpa Alta, au sud de Mexico (Mexique), qui produit de l’énergie à partir du figuier de Barbarie, l'emblème du pays.

figuier

Une volonté de s’inscrire dans une démarche de développement durable

Le figuier de Barbarie est connu en Amérique du Sud pour ses propriétés alimentaires et médicamenteuses. Beaucoup moins pour sa production d’énergie. Pourtant, sous l’impulsion du célèbre marché aux cactus de Milpa Alta et de Horacio Chavira, son responsable du développement rural, cette plante est en passe de devenir un maillon important de la production énergétique locale.

Tout est parti d’un constat simple : Mexico est l’une des villes les plus polluées au monde mais possède des ambitions élevées en matière de développement durable. Le pays s’est notamment engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 25 % d'ici 2030 et de 50 % d'ici 2050. En 2016, il a tiré 15,4 % de son énergie de sources renouvelables et seulement 0,11 % grâce au biogaz, selon les chiffres officiels. Sachant que la production de biogaz se révèle un véritable levier de réduction de gaz à effet de serre, il était important pour le Mexique de pouvoir amplifier leur production.

Transformer les résidus de plante en énergie

En parallèle, l'activité du marché de Milpa Alta, où des centaines de personnes nettoient, coupent et emballent le cactus, engendre chaque jour jusqu'à 10 tonnes de résidus. Que faire de ces déchets naturels ?

Horacio Chavira et son équipe ont imaginé un générateur qui transforme les résidus de cette culture en énergie propre.

Ce générateur, capable de traiter tout résidu d'origine biologique, est unique au Mexique, car installé directement là où se trouvent les déchets”, explique Nelly Mejía, directrice du département expérimentation de Suema, une entreprise qui s'occupe d'énergie durable et d'environnement, chargée du projet.

Une fois les résidus broyés, fermentés et chauffés à 55 °C, "sort une boue que nous pouvons utiliser comme engrais ainsi qu'un biogaz, issu du processus de fermentation et qui permettra de produire de l'électricité”, explique Jesus Zumaya, qui travaille sur ce générateur.

En novembre 2017, le générateur devrait atteindre son rythme de croisière et pourrait être en mesure de traiter trois à cinq tonnes de résidus par jour, afin de produire un peu plus d'une tonne d'engrais et 170 mètres cubes de biogaz. Avec au bout du compte une puissance électrique espérée de 175 kilowatts par heure, capable d'allumer 9 600 ampoules de basse consommation. Un record pour le Mexique, qui comme évoqué ci-dessus, a du mal à se positionner en tant que producteur de biogaz.

Une initiative collaborative pour une énergie plus propre

Pour les commerçants locaux, cette initiative n’a que des atouts. “Le générateur est une bonne idée car les résidus serviront à quelque chose” pour Evangelina Lara, qui commercialise des cactus à Milpa Alta depuis plusieurs années.

La municipalité de Mexico a financé la quasi-totalité des 15 millions de pesos (840 000 dollars) qu'a coûté le projet de générateur. "L'idée, à l'avenir, est que ce genre de projet soit répliqué" dans les quelque 300 marchés de la capitale pour les rendre autosuffisants en énergie, explique un responsable de la municipalité, Bernardino Rosas.

Un projet collaboratif exemplaire où moins de déchets signifie plus d’énergie propre. On peut parler d’équation idéale.

Et vous, imaginez-vous utiliser des plantes pour produire de l’énergie pour votre TPE ?